Ô joie de s’allonger au soleil de juillet,
De sentir la chaleur sur ses joues et la brise
Qui souffle doucement, qui s’arrête puis reprend,
Caresse imprévisible et délicieuse et tendre.

Aldor

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 8 autres abonnés

Suivez-nous