A la primatiale Saint-Jean-Baptiste de Lyon,
Une femme jeune et belle vêtue d’un long drapé
Ondule gracieusement sous la grâce des pampres,
Fléchissant les genoux dans son déhanchement.

Coincée sur son épaule et portée à main gauche,
Une viole, et dans l’autre, la droite, elle tient,
D’une main ferme, comme on le fait toujours d’une arme,
Un archet, découpé dans la pierre comme un sabre.

A tête renversée je l’ai vue, cette femme,
Et ce sabre, dans les ceps et la vigne brandi,
Cette femme qui danse, élégante et jolie,
Et cet archet, qui dans la pierre devient une arme.

Ah ! Si seulement un jour il pouvait arriver
Que revenus, enfants, dans le jardin d’Eden,
Nos canons et nos armes se muent en instruments
De musique et de joie, et nos sabres en archets !

Aldor

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 3 autres abonnés

Suivez-nous