J’aime bien Irénée qui, dans le Lyon antique,
Défendit l’unité de la création,
Combattit les idées de Manes et la thèse
Selon laquelle deux substances existaient.

Père de l’Eglise pour père de l’Église,
À Augustin d’Hippone je préfère de beaucoup
Cet évêque lyonnais, qui lui venait de Smyrne
Et qui vécut deux siècles avant le Milanais.

C’est au coeur de Saint-Just, non loin de la colline
Et du cirque où fut sacrifiée Blandine
Que je vis hier, dans la nuit bleutée qui tombait
Le reste qui demeure du tombeau d’Irénée.

Aldor

One Reply to “Irénée”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 3 autres abonnés

Suivez-nous