Tityre !
Tu patules, récubant sous les tegmines fages,
Muse sylvestre et tenue qui médite l’avène,
Nous, aux confins de la douce patrie, linquimons l’arve.
Nous fuyons le pays ; toi, Tityre, lent dans l’ombre.
De l’Amarylle formose tu fais les sylves résonner.

Aldor

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 8 autres abonnés

Suivez-nous