Les seins de Dalida et les pieds de Montaigne

Rue des Écoles, en face de la Sorbonne, Montaigne trône, les jambes croisées. À Montmartre, sur la place qui porte son nom, Dalida regarde le monde passer.

L’habitude (et la superstition) se sont installées de toucher ces statues de bronze, de les caresser car cela porterait chance. Et ont été pour cela choisis les seins de Dalida et les chaussures de Montaigne, qui brillent d’or aujourd’hui dans la patine du bronze.

Cette irruption du toucher, du charnel, du magique, dans la relation difficile que nous entretenons avec les morts, comme ces pierres qu’on dépose parfois sur leur tombe pour signifier qu’on est passé par là et que d’eux, on s’est souvenu, ne me choque en rien, au contraire.

En l’occurrence, toutefois, j’aime bien ce qui, dans chacun, fut choisi, pour rendre hommage au Montaigne voyageur et à la Dalida amoureuse.

Je sais que certains voient, dans la caresse laissée sur les seins de Dalida, un manque de respect. Je comprends leur réaction. Certes, avec la Dalida vivante, on n’aurait pas agi ainsi, et heureusement ! Mais c’est d’un buste qu’il s’agit, d’une statue de métal. La Dalida, elle, est morte et enterrée. Et que, de ce personnage devenu poussière, on se souvienne surtout de l’amour, souvent malheureux, qu’il porta, de tout son corps, aux hommes, cela me paraît au fond plus sincère et bienveillant qu’irrespectueux et déplacé.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :