Sidération

Une jeune corneille photographiée au Jardin des Plantes, à Paris

Au Jardin des Plantes mais aussi au Luxembourg, on pouvait voir ces derniers jours, plantées sous le feu du soleil, de jeunes corneilles, immobiles.

Elles restaient là, le bec ouvert, écrasées par la chaleur tombant du ciel, paraissant ne chercher ni fraîcheur ni eau mais attendre que cela passe.

Il fallait s’approcher beaucoup d’elles pour que, lourdement, elles prennent un envol épuisé, se posant quelques mètres plus loin sous le même soleil.

Et quand on déposait un peu d’eau auprès d’elles, pour qu’elles puissent se désaltérer et reprendre des forces, elles paraissaient ne pas l’apercevoir.

Elles étaient totalement sidérées, pétrifiées dans un cri muet.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :