Ils nous attirent, les corps,
Les corps voluptueux,
Et l’on est fasciné par leur balancement,
Leur harmonie, leurs lignes ondulantes,
Leur plénitude et leur vitalité :
Espérance de vie et promesse des sens.

C’est aux visages, cependant,
Aux visages où souffle l’esprit,
Je vous salue Marie qui êtes pleine de grâces,
Aux visages inclinés et aux douces Madones,
Aux visages que l’on s’attache,
Et à leur secrète beauté.


L’image de tête est la figure de proue de L’Atlas, qui fut un cinéma porno du côté de la place Pigalle à Paris ; celle du bas est la très belle Notre-Dame de Grasse, recueillie par le musée des Augustins, à Toulouse.

Aldor

One Reply to “Aux visages, cependant”

  1. Avec quelle justesse tu nous contes cela.
    Je me demandais si la flamme de cet esprit s’exprime à la lumière du regard ?
    Je crois que non, car même d’un visage aux yeux clos et du silence qui s’en échappe, sous-tend une harmonie si intime et singulière qu’elle fait grandir tout le mystère de cette beauté.
    En tout cas que j’aime te lire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.