Rue Garancière, ce matin,
J’ai croisé, avec ses lunettes,
Sa veste de cuir fourré,
Et ses yeux baladeurs menant partout leur quête,
Jean-Paul Sartre qui se promenait.

Au vu de cette écharpe et de cette silhouette,
À qui manquait la pipe et qui avait grandi,
Mais qui avait, du philosophe, l’exacte tête,
Je suis, sur mon vélo, resté comme saisi.
Puis, derrière Saint-Sulpice, disparut le sosie.

Aldor

3 Replies to “Rencontre avec un fantôme”

      1. Cela m’arrive un peu partout de voir des fantomes,mais pas de Sartre jusqu’a present. Il avait tout de meme un visage unique!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.