On croise quelqu’une que l’on connaît
Et stupéfait, on se rappelle
Qu’on avait, la nuit, rêvé d’elle
Et puis qu’on l’avait oublié.

Quelle étrange chose que les songes
Et les désirs où ils nous plongent !

Aldor

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 8 autres abonnés

Suivez-nous