Je me demande ce que recouvre cette fascination des églises pour le martyr,

Celui du Christ, des saints ou des damnés,

Ce souci gourmand et maniaque de la plaie, de la déchirure, de l’écartèlement, du supplice,

Ce voyeurisme de la détresse et du désespoir.


Comment a-t-on pu, du sacrifice de la Passion,

Faire un modèle de vie,

Alors qu’il fut le contraire ?

Non pas : « Je me sacrifie pour que vous en portiez le poids dans le siècle des siècles« ,

Mais : « Je me sacrifie pour que vous soyez libérés

Et donniez libre cours à la joie. »


Par quelle perversion a-t-on pu, par quel aveuglement peut-on

Croire que la souffrance doit être recherchée, imitée, sanctifiée,

Et la joie rejetée ?

Comment a-t-on pu laisser le plaisir à Satan et la beauté au diable ?


« Le malheur est une merveille de la technique divine. C’est un dispositif simple et ingénieux qui fait entrer dans l’âme d’une créature finie cette immensité de force aveugle, brutale et froide. La distance infinie qui sépare Dieu de la créature se rassemble tout entière en un point pour percer une âme en son centre.

L’homme à qui pareille chose arrive n’a aucune part à cette opération. Il se débat comme un papillon qu’on épingle vivant sur un album. Il n’y a à cela aucune impossibilité, aucun obstacle, on pourrait presque dire aucune difficulté. Car la douleur la plus grande, tant quelle est en-deçà de l’évanouissement, ne touche pas à ce point de l’âme qui consent à une bonne orientation. « 

in L’amour de Dieu et le malheur

Aldor

5 Replies to “Souffrance”

  1. « Le Prince de ce Monde, » est le titre officiel qui lui convient le mieux… il est magnifiquement représenté à Rennes le Chateau en la chapelle de Marie Madeleine(sic).
    Qu’est-ce que l’on doit s’ennuyer (et s’y emm…..) au Paradis effectivement,

      1. Oui, Rennes-Le Château, Scènes d’un immense et grand Déliré, très proche de celui de Bugarach avec comme ingrédients justement ces « affaires » de Bien et de Mal, de Petit Jésus aux deux papas et à la Mère porteuse qui est sujette aux acouphènes, etc.
        Un couple d’auteur a écrit un texte introductif à un ouvrage de démonologie qui dit bien mieux que ce que je pourrais le faire-dire, ce en quoi il y a manipulation et tricherie, mensonge et perversité à propos de ces idées de « survie » par la Joie et la Souffrance dont on ne retient que le pire pour faire société et assurer au final la perpétuation du syste. « Tout faire pour que rien ne change » est la devise d’un groupuscule phalangiste dénommé « Le Siècle » qui est composé de nos chers élus (de Dieu of course!!) mandatés par le fait d’une représentation elle aussi de droit « divin » n’est-ce pas….
        L’introduction est 8 feuillets de cet ouvrage se trouve ici: https://1drv.ms/b/s!AqBFkMs3jU2ykbMVVBZnTR1SPNT3gw
        À propos du siège géographique de ce délire absolu qu’est Rennes-Le-Château, il se situe dans un paradis pyrénéen, rien de moins…, en Occitanie faudrait-il ajouter pour reboucler avec le plus grand délire encore de la source de la croyance et de l’espoir qui constitue le fondement même de notre civilisation actuelle
        Mais Rennes-le Château, c’est cela aussi..: https://photos.app.goo.gl/XRB2MnWKBfp9uJTq8 en photos dans son environnement. Les environs sont d’une plus grande richesse encore…
        N.B. : Les puristes du délire castelrennain ont du mal avec l’appellation « Asmodée »..

        1. Merci Etoile, pour les photos.

          Je regarderai le texte mais ne suis pas très attiré par le satanisme et autres choses de ce genre.

          1. Je ne le suis pas davantage, encore moins tout ce qui est ésotérisme à la mode, développement personnel et tous ce fatras de vanités plus ou moins sordides. Rennes -Le-Château ne vaut que pour son site géographique naturel dans une Vallée de l’Aude extrêment riche en Trésors Naturels et en Histoire (Puissance et rayonnements directss de Narbonne et du Comté de Toulouse).
            Le texte vaut juste pour cette introduction (8 feuillets). J’ai volontairement éliminé tout le reste de l’ouvrage qui ne présente absolument aucun intérêt pour qui n’est pas Magicien, Sorcier ou bien que sais-je encore. Non, non, sont simplement développées là les notions de « Bien » et de « Mal » par le prisme de la religion et d’un Dieu (masculiniste et sexiste, raciste qui plus est !!!) Unique (sic).
            Bonne journée, Bonne semaine!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.